Irish Coffee

Forum de discussions éclectiques
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 les surprises de la Princesse de Clèves

Aller en bas 
AuteurMessage
Aisling

avatar

Nombre de messages : 326
Age : 37
Localisation : au synchrotron, à gauche
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: les surprises de la Princesse de Clèves   Jeu 5 Oct - 13:19

Je sais Phoebs, tu m'as demandé une lecture du Petit Prince, mais je ne retrouve pas mon livre (déménagement,fuite d'eau dans ma chambre chez mes parents = bazar dans ma bibliothèque perso).

En attendant, je te propose un détour par La Princesse de Clèves, de Mme de La Fayette.

Qui, parmi nous, ne s'est pas endormi sur ce roman du Grand Siècle lors de sa première lecture ? Lorsqu'on ne connait pas le contexte (et parfois, même en le connaissant), on ne peut s'empêcher de trouver ce récit un peu mièvre et assez lent. Les attermoiements de la Princesse face à l'amour du Duc de Nemours nous laissent un peu froids, assez distants, tant le traitement romanesque nous en paraît dépassé.
Les hyperboles descriptives nous font sourire et nous amènent surtout à trouver ce roman exagéré. Pour preuve ce petit passage, qui a dû en ennuyer plus d'un et qui, pourtant, est le parfait reflet d'un style et d'une pensée : la morale du Grand Siècle (ôôôôôôô Saint Paul Bénichou, prête moi ton oeuvre).

La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Henri second. Ce prince était galant, bien fait et amoureux ; quoique sa passion pour Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, eût commencé il y avait plus de vingt ans, elle n'en était pas moins violente, et il n'en donnait pas des témoignages moins éclatants.
Comme il réussissait admirablement dans tous les exercices du corps, il en faisait une de ses plus grandes occupations. C'étaient tous les jours des parties de chasse et de paume, des ballets, des courses de bagues, ou de semblables divertissements ; les couleurs et les chiffres de madame de Valentinois paraissaient partout, et elle paraissait elle-même avec tous les ajustements que pouvait avoir mademoiselle de La Marck, sa petite-fille, qui était alors à marier.



Le roi Henri II (arretez moi si je me trompe) est représenté comme un homme accompli. A la première lecture, on pense que cette description est exagérée et qu'elle ne sert à rien : en effet, on ne sait pas quoi ressemble le Roi à l'issue de ces paragraphes. C'est précisément le but de ce passage : le Roi, étant un Grand par définition (puisqu'il est noble), ne peut qu'être parfait. De ce fait, toute description de lui est superfétatoire. Ce qui vaut, dans cette description, ce sont les hyperboles et les superlatifs, qui entérinent l'idée d'une grandeur incomparable de ce roi, si regretté quelques pages plus loin. Si l'on veut résumer très brièvement, on pourrait dire que la description au 17e siècle est moins un art du portrait qu'un art de la suggestion.

Et de nombreuses choses sont effleurées, suggérées dans ce roman... study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
les surprises de la Princesse de Clèves
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calendrier de l'Avent Barbie 2010
» Photos - Mini SWAP surprise n°3
» préavis pour fermeture garderie familial accrédité
» Le président de la République ...
» LA BIBLE AU LOUVRE jolies surprises !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irish Coffee :: La Gazette :: Bibliothèque-
Sauter vers: