Irish Coffee

Forum de discussions éclectiques
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 J'étais à la Comédie française...

Aller en bas 
AuteurMessage
Roby

avatar

Nombre de messages : 253
Age : 38
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: J'étais à la Comédie française...   Dim 12 Nov - 19:48

... et j'ai vu le Cid. Exclamation
l'histoire? Voici la version qui a été présentée à la Comédie Céfran, en 2034, pour vous faire une idée:pirat:


Le Cid (en rouge) déchire leur mère grave aux guerriers des sables, aidé par La balafre (en t-shirt blanc et jean), son meilleur keum de main, scène rajoutée dans la version du "Cid" de Pierre Corneille par le metteur en scène Djamel Diam's Z, en 2034
-le petit Roussela, article "Le Cid"


"La scène se passe dans le 9-3, en 2034.Riton est devenu le bras droit du Boss des tarterets's cowboys. Mais il est plus jeunot et Julio "les gros bras", son rival jaloux, qui remet souvent en cause les choix du boss, le bat en combat singulier sans l'achever, ce qui humilie encore plus Riton. Il intime donc l'ordre à Simon la teigne,son fils, pas encore dit "le cid" (ou "seigneur des bas fonds")l'ordre de le venger. Mais Simon est ravagé car il se trouve que Julio est le père de Jenny la haine, avec qui il devait se maquer. Simon decide tout de meme de venger l'honneur de son père et bute Julio dans un duel au cran d'arrêt.
Jenny la haine, qui a la rancune tenace, et qui est une sacrée meuf qui hurle très fort (dans la pièce que j'ai vue) pour montrer qu'elle est pas jouasse, va porter sa demande de justice auprès du Boss, qui est bien embêté d'avoir perdu Julio, un de ses fidèles lieutenants, dans la guerre qui l'oppose à ses rivaux pour le contrôle du quartier des tarterêts. Il emprisonne Riton pour calmer un peu la gosse. Simon décide d'aller oublier ses malheurs en se lançant à fond dans la guerre pour le contrôle de la came. Il espère bien mourir lors de son combat contre la bande des "guerriers des sables".

Il revient couvert de gloire: le quartier a été mis en coupe reglée et les guerriers des sables flippent grave! ils l'ont appelé "le cid", ce qui en arabe veut dire "le seigneur des bas-fonds", et ils respectent sa mère. Le boss est impressionné par son audace et les hurlements "celine dionesques" de Jenny commencent à le courir. une fois sûr que la meuf est bien raide dingue du Cid, il organise un combat entre un lascar au choix de Jenny et Simon la teigne, pour régler une bonne fois la question de sa demande de justice(C'te folle voulait que tous ceux qui le souhaitaient puissent defier le cid, ce qui aurait décimé son armée, t'es fou!)
jenny est partagée entre sa haine pour le meurtrier de son rep' et son amour pour le Cid
Comment se finira la guerre?le meilleur élément du Boss va il crever comme une vieille bouse?"

Dans l'ensemble une mise en scene sombre avec lumieres sombres et rideaux sombres. les acteurs sont plutot bons, sauf qu'ils hurlent leur desarroi façon Rnb. Chimène est très lourde dans le genre. la palme revient a rodriguue qui hurle beaucoup aussi mais se "casse la voiiix" a la bruel quand il hurle. sa voix de (presque) fausset est assez crispante (ce que faisait aisling regulierement quand il hurlait). dans l'ensemble, bien:
Verdict: 14/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisling

avatar

Nombre de messages : 326
Age : 37
Localisation : au synchrotron, à gauche
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: J'étais à la Comédie française...   Dim 12 Nov - 22:03

j'ai vu le Cid aussi... le résumé de Roby colle plutôt bien.

En effet, Chimène et Rodrigue n'ont qu'une idée en tête : crier leur amour et leur désespoir. Je caricature à peine. Je sais que Le Cid est une pièce sur le pouvoir, mais de là à permettre à Chimène d'enguirlander son roi. Le discours qu'elle tient lorsqu'elle exige la tête du Cid contre la volonté du Roi suffit bien à justifier le fait que celui-ci la rabroue. Elle n'a pas besoin de hurler sur le souverain pour ça.
king

Florilège des cris et hurlements :
Don Diègue et le Comte, pris dans les affres de la lutte de pouvoir et de la jalousie, se crient le fond de leur pensée. on aboutit au coup de gant et au duel avorté, Don Diègue étant trop faible (la vieillesse est un naufrage). Etalé sur la scène, il nous livre allongé sa fameuse tirade du "O rage, O désespoir etc". Puis il exige de son fils Rodrigue qu'il venge son honneur en combattant le comte, père de Chimène, la bien-aimée de Rodrigue (vous suivez toujours ?).
Pris entre son amour et son devoir, Rodrigue crie son dilemme à son épée ; quelques scènes plus tard, ayant accompli son devoir, il crie son désespoir à son père. Pendant ce temps,Chimène crie son désespoir filial auprès du roi et demande vengeance (loi du talion oblige). Dans la nuit, qui suit, Rodrigue vient voir Chimène dans son jardin : l'un et l'autre se crient leur amour et le devoir auquel chacun s'est soumis (des fois que le public, à défaut d'être stupide, soit un peu sourd). Commentaire de la ptite dame assise à ma gauche (et qui sentait l'ail... un vrai bonheur pale ) : "Cette scène est magnifique, je comprends mieux le choix de Rodrigue..." Faudra qu'elle m'explique : à part jouer de façon exagérée, je ne vois pas...

Acte suivant : Encouragé par son père, qui lui a crié de ne pas se suicider et de chercher plutôt la mort au service de son roi, Rodrigue mène une armée contre les Maures. Il revient vainqueur.
Jusque là vêtu de blanc, le Cid nous revient en noir : c'est le signe de sa maturité, de son accomplissement et de son sacrifice au profit des valeurs aristocratiques (honneur et devoir politique ou filial) ; de même, Chimène, jusque là vêtue de blanc, porte désormais le deuil et donc est habillée de noir. Une symbolique d'une finesse insoupçonnable... : les héros ont perdu leur innocence première, celle qui leur permettait de croire que leur amour était la chose la plus importante qui existât, pour entrer dans un âge adulte, fait de soumissions et de compromissions. Mon analyse est à peu près aussi fine que la mise en scène.
Autre passage d'anthologie : "Nous partîmes 5OO mais par un prompt renfort..." : oui, mais si tu pouvais cesser de hurler... je sais que tu es submergé par l'émotion, mais de là à crier face à ton roi, quand même...
Il crie à tel point qu'on comprend à peine le texte. C'est énervant et fatiguant à la longue.
Chimène, là-dessus, revient crier (non pas demander tout simplement) vengeance. L'infante d'Espagne, elle, crie seule son amour pour Rodrigue, une fois de plus.
Don Sanche intervient et se fait le champion de Chimène : il provoque Rodrigue en combat singulier. Lorsqu'il revient l'épée à la main, Chimène ne lui laisse pas le temps de s'expliquer et lui crie tout le mal qu'elle pense de lui et tout le bien qu'elle pense de Rodrigue, qu'elle se met illico à pleurer devant tout le monde (y compris le roi). confused
Le hic, c'est que Rodrigue n'est pas mort du tout et qu'il a épargné Don Sanche, venu annoncer la nouvelle à Chimène (on voit comme il s'est fait recevoir, n'ayant pas eu le temps d'en placer une mais ça c'est bien dans le texte d'origine).
A l'issue de ce résumé, je me demande dans quelle mesure Le Cid est en réalité une pièce sur le langage et non sur le pouvoir... Encore un truc de prof de français, faites pas attention. geek

PS : contrairement à ce qu'on pourraut croire, la mise en scène, les costumes et les décors sont tout ce qu'il y a de classique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phoebs
Admin
avatar

Nombre de messages : 307
Age : 33
Localisation : Rueil-Malmaison
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: J'étais à la Comédie française...   Lun 13 Nov - 11:54

Qu'est ce quils ont à reprendre les pieces de theatre de lepoque et à les mettre au "gout du jour"??? ça me rappelle le Bourgeois gentilhomme avec Bigard...
En tout cas vs avez du bien vs amusez!!!
(je ne peux pas faire de commentaire plus constructif, en fait je nai pas aimé Le Cid... :/ )

_________________
Tout n'est que chagrin dans la tombe des choses. Jack Kerouac
----------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://irish-coffee.discutfree.com
Aisling

avatar

Nombre de messages : 326
Age : 37
Localisation : au synchrotron, à gauche
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: J'étais à la Comédie française...   Lun 13 Nov - 18:18

la mise en scène n'était pas moderne, pas même actualisée, elle était juste ridicule.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dedalia

avatar

Nombre de messages : 104
Localisation : Behind the final Frontier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: J'étais à la Comédie française...   Lun 13 Nov - 21:25

Sympa... Je savais qu'il fallait prévoir les boules kies pour les concerts, mais si maintenant il faut même les emmener pour aller au théâtre... La roue tournant, le tour sera bientôt achevé et nous reviendrons à cette bonne vieille déclamation, si grande, siiiiiii, nnnooo ^^ôooble, si eXXXpresSSSSSive....

OOOOOOhhhh mON Prrrrrrrr(roulement de r)iiiince!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisling

avatar

Nombre de messages : 326
Age : 37
Localisation : au synchrotron, à gauche
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: J'étais à la Comédie française...   Lun 13 Nov - 22:20

Ooooooo RRRRaaaAAAAAAge, OOOOOOooooooo dEEsesPOIIIIIIIRRRR.... ? ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roby

avatar

Nombre de messages : 253
Age : 38
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: J'étais à la Comédie française...   Mer 15 Nov - 23:45

ô iessevieille mieenn!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'étais à la Comédie française...   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'étais à la Comédie française...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANDROMAQUE à la Comédie Française
» La Marine Française
» Et la Normandie devint française!
» Origine des noms de famille d'origine Française installées au Canada
» meringue française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irish Coffee :: La Gazette :: Arts-
Sauter vers: